mercredi, décembre 06, 2006

Mansfield Tya

Voilà, "bientôt" est arrivé, le dépoussiérage est en cours, toutes ces chansons qui n'ont même pas eu le droit à leur propre article...

Alors j'ai choisi tout d'abord :
Mansfield Tya, ça colle avec mon humeur du moment ^^...
Alors d'abord, c'est tout joli, c'est du piano... Et puis ensuite le violon, les deux s'accordant parfaitement. D'ailleurs, en parlant d'instrumentation, j'ai essayé une fois de jouer de la batterie sur cette chanson, et c'est marrant, parce que ça colle vraiment bien...
Bref, le piano et le violon sont vraiment beaux, et ce tout au long du morceau.
Mais un des principaux attraits, ce sont les paroles.
Alors, c'est sur, c'est glauque, c'est un peu gore... Mais après il y a l'interprétation, comme en cours de français : Souvenirs.... ^^
JE ( donc, ça n'engage que moi ) l'interprète en tant qu'une métaphore lointaine d'un amour à tuer, et avec cette pensée en tête, le texte prends une dimension, une valeur, qu'il n'a pas, si l'on se contente de l'écouter, sans le comprendre.
Mais après, ça n'est que mon interprétation, et je sais pertinemment que ça n'est pas la bonne. Mais je m'en fous, je m'y complais...
Je vous laisse avec une des plus belles chansons qu'il m’a été donnée d'entendre.

A bientôt

Les paroles

Hadrien

6 commentaires:

Chloe a dit…

c'est tout simplement une des chansons que tu m'as envoyées que je préfère
et effectivement, les paroles sont le principal intérêt de cette chanson...

Tancrède a dit…

Salut :)

Tombé sur ce blog par hasard = un énorme merci, je ne connaissais pas Mansfield Tya, et énorme coup de coeur !

Par rapport à ton interprétation, elle est intéressante, mais je ne sais pas si on ne perd pas quand même un aspect de la chanson. Enfin, je veux dire, la chanson, après deux écoutes, me fait penser très fortement à Crime et Châtiment de Dostoïevski ou au film Match Point (enfin, quand le film s'inspire du livre, c'est un peu normal). Et on retrouve, au moins en partie, la même idée, celle que le mal nous enferme, nous condamne nous-même, pas en tant que morale transcendante, mais d'abord dans la relation à l'autre...

voilivoilou, c'est tout ^^
Tancrède.

Hadrien a dit…

J'aime bien ton pseudo, il me rappelle quelque chose dont je n'arrive pas à me rappeller, mais je l'associe à quelque chose de bien...
Et en fait, j'ai retrouvé en écrivant la phrase d'au-dessus ^^... C'est un opéra de Rossini, voilà pourquoi j'aime ^^

En tout cas merci, j'éspère que tu deviendras un(e) fidèle parmi les fidèles de ce blog. Et n'hésite pas à en parler autour de toi :D !

Pour l'interpretation, je n'ai pas tout dit dans l'article... Mais c'est vrai qu'on y retrouve un peu de l'essence de Dostoïevski, avec le mal qui nous embarque dans sa spirale infernale. Mais je ne connait que les grandes lignes de Crimes et Châtiment... Je devrais faire comme Jonathan Rhys-Meyer dans Match Point, je vais me prendre le résumé :D !

See You

Hadrien

Le camper a dit…

la voix est d'une simplicité si agréable sans tremolos ou autres varations, qu'elle est en parfaite cohérence ac le violon trés soigné ... Je tiens également à mettre en exergue le soin poté à la pochette du disque , je trouve magnifique ...

Hadrien a dit…

c'est la pochette de leur EP : May, où ne figure pas Pour Oublier Je Dors...
Mais je trouvais la pochette plus joli que celle de June, leur album.
Sinon, la voix est parfaite, oui

Tancrède a dit…

Salut Hadrien

Oui, il faut croire que je vais repasser par ici... Ayant acheté le (somptueux) album de Mansfield. TYA, je vous suis bien redevable de ça !

Une tuerie... Je ne sais pas quoi dire d'autre !

Encore merci ! :)

(si tu prends un résumé, je te conseille de plutôt lire Les testaments trahis de Kundera, il a un passage dessus absolument superbe ! ^^)